LE TROPHÉE? VOUS L’AVEZ SUR VOUS

Eddy Zanenga

|

Santini

min read

C'est la course par étapes la plus importante au monde et le prix que chaque vainqueur remporte est ce qu’il y a de plus symbolique dans notre sport : le Maillot Jaune. L'histoire d'une journée au siège de notre entreprise en caressant, avec une révérence absolue, le « maillot » qui représente l'objectif convoité de tous les cyclistes participant au Tour de France. Tous, mais un seul le portera à Paris.

« Santini m'a été signalé par Ernesto Colnago : c'est vers la fin des années 1960 que j'ai dû refaire les maillots d'Audax Treviglio, car le sponsor Colnago s'était ajouté. Il m'a donné l'adresse en me disant qu'il était doué: j'avais confiance en Ernesto, et en fait il avait raison ! L'entreprise de Santini était dans un garage où le bruit des chariots qui coulissaient sur les machines à tricoter remplissait ultérieurement les espaces déjà remplis de boîtes de pelotes et de tricots. Comment sont-ils sortis ? Eh bien… jugez par vous-même»

Ainsi mon père, me montrant le maillot de l’Audax désormais feutré, m'a parlé du Cavaliere quand je lui ai expliqué que je serai allé auprès du Maglificio Santini pour raconter pour «Cyclist» la fabrication du nouveau maillot jaune». Son histoire a rempli de poésie au parfum de laine l'attente de la visite de ce qui est déjà une marque fascinante en soi.

Je suis dans le monde du vélo depuis que je suis dans le ventre de ma mère, mais même maintenant, chaque fois que je vais à une foire ou à un événement, je me sens comme un enfant au pays des merveilles. Toutefois, chez Santini, c’est différent. On y respire un air familier, même si la scène sur laquelle l'activité est projetée est planétaire. Le sentiment d'être enraciné dans son passé est inscrit sincèrement dans l'âme de l'établissement. En entrant chez Santini, vous trouverez des maillots roses signés par de grands champions, des maillots portés par les vainqueurs du Paris Roubaix, les maillots de Hinault et de Lemond, les maillots des champions du monde des trois dernières décennies, autant de chefs-d'œuvre que chaque entreprise célébrerait à juste titre.

Mais parmi ceux-ci, placés à un niveau de même importance, vous trouverez des objets exposés qui peuvent apparaître à la plupart comme inconnus : par exemple, à côté du maillot de Del Tongo de Giuseppe Saronni, vous trouverez celui de l'Unione Ciclistica Sforzatica, l'équipe du village que Santini a aidé dans des moments difficiles. Les vélos de Hinault, Pantani et Gimondi sont exposés, mais au milieu se trouve un vélo de «Rossi et Santini», une équipe de juniors des années 80 et 90 qui a semé des victoires au sein de la Lombardie et pas seulement. Ces dernières n'ont en rien affecté l'histoire du cyclisme, mais ont laissé leur empreinte dans le cœur généreux de Pietro Santini. En bref, l'histoire de Santini semble être non seulement un parcours semé d'excellence, mais aussi une émotion qui trace la direction à suivre pour l'avenir.

Et j'aime à penser que c'est le «secret» de la marque. Le secret du maillot de la « Grande Boucle ».

J'arrive à l'heure à Lallio, et Paola Santini avec son père Pietro m'accueillent pour un café. Les souvenirs de M. Santini racontent une vie de passion et de travail : « A 15 ans, j'ai commencé à travailler avec mes sœurs qui fabriquaient déjà des tricots. Mon père n'était pas très convaincu, il disait que c'était un travail féminin, mais j'aimais ça et c'était mieux que d'être à l’usine. Alors je me suis jeté à corps perdu : «ne me mets pas dans l’embarras » me disait-il. Eh bien, je pense que j’ai réussi », dit-il en souriant

Les anecdotes se succèdent les unes après les autres mais il y en a une qui retient particulièrement mon attention : le remplacement du partenariat avec le Giro d'Italia par celui de plus grande envergure avec la Vuelta Espana en 2017. La course, on le sait, est la propriété d'Unipublic, qui elle-même appartient à ASO, la société organisatrice du Tour de France, et avoir confectionné le maillot « rojo » de la Vuelta a représenté le tremplin vers l'accord avec la Grande Boucle : « Nous avions gagné leur confiance en montrant nos compétences » souligne Paola Santini.

Et ce fut le déclic. Voilà l'émotion sur laquelle faire confluer toute la passion dont la marque est imprégnée. Vous vous demandez peut-être : « ok, mais un maillot jaune…. C'est un maillot jaune, qu'est-ce qu'il a de si spécial ?". Le secret d'un chef-d'œuvre est souvent là : créer de l'originalité là où elle semble ne pas pouvoir exister, au point d'en faire une beauté rare.

Ils m'apportent l'un des maillots du Tour de France 2022. Paola commence à décrire le chef-d'œuvre développé par Fergus Niland, l'Irlandais naturalisé bergamasque qui représente depuis plus de dix ans le travail créatif et technique des collections Santini : ses yeux brillent de fierté quand elle me montre tous les détails qui font de leur "jaune" le Trophée que le Tour donne à ceux qui peuvent le porter : les zips sont de la même couleur, l'étiquette interne a imprimé l'histoire du maillot jaune avec l’espace réservé pour la signature, jusqu'au silicone à l'intérieur des ourlets des manches : ils sont en forme d'Arc de Triomphe, on les voit quand on les porte, mais vous les avez à même la peau !

C'est un maillot "parlant", un trophée unique qui sera imprégné non seulement la fatigue de l'athlète, mais aussi la passion et la culture du cyclisme qui règnent entre ces murs.

Je salue Paola et Cavalier Pietro avec une conviction : maintenant oui, peut-être plus que jamais, le Trophée c'est le Maillot. Celui de Santini.

Eddy Zanenga
Journaliste de « Cyclist magazine », il grandit avec le mythe d'Eddy (le vrai), et depuis qu'il est petit il allie l'envie d'écrire au cyclisme de compétition. Passionné de sport en général, il a été attaché de presse de Treviglio Basket et rédacteur en chef de certains journaux locaux et régionaux Il a une seconde vie dans le Futsal (football à 5), où il est toujours entraîneur des gardiens de Division A2 à Merate Directeur d'un Centre salésien de formation professionnelle à Treviglio, sa ville où il vit avec sa femme Silvia et leurs deux enfants, Michele et Enea. Bref, il est éclectique... mais au final il retourne toujours : sur le vélo, avec le stylo en main.
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre