Ce maillot tout à moi

Alberto Zampetti

|

Santini

min read

La tenue nous unit, elle nous donne l'impression d'être une équipe. Santini le sait bien et, grâce à son service de personnalisation, il permet à chaque équipe amateur d'avoir sa propre « tenue » personnalisée dans le design, les couleurs et les logos. Une tenue conçue avec les mêmes processus et matériaux que ceux utilisés pour les fournitures des plus grandes équipes professionnelles du monde. Parmi les nombreuses fournitures personnalisées, l'exemple de Coffee Before Cycling en Hollande se distingue.

Gens bizarres, les cyclistes. Ils travaillent toute la semaine et le dimanche, au lieu de se reposer, de se détendre ou de se distraire, ils se lèvent à l'aube, enfourchent leur vélo et partent, des kilomètres et des kilomètres en selle, enveloppés dans leurs maillots colorés. « C'est une passion ! » disent-ils. Oui, la passion. De quelle couleur est la passion ? Regardez ces maillots : mille nuances à pédales dans le vent, c'est la couleur de la passion.

Gens bizarres, les cyclistes. Pour eux, le maillot n'est pas un vêtement. C’est une histoire. C'est leur histoire très personnelle de kilomètres, sueur, fatigue, crachats, espoirs, calculs, jurons, risques, vitesse, frissons, freinages, sprints, gourdes, défis et taquineries, le tout accroché à 23 millimètres de tube. Chaque cycliste a son histoire et chaque histoire a son maillot.

Gens bizarres, les cyclistes. Ils le savent bien chez Santini qui les produit les maillots. C'est pourquoi, depuis sa création, l'entreprise de Bergame (Italie) propose un service de personnalisation des tenues des sociétés : pour pouvoir offrir à chaque équipe amateur, à chaque groupe sportif, aux marchands avec leur propre label et aux passionnés en général, une icône avec laquelle s'identifier, une tenue conçue et réalisée selon leurs besoins et leurs rêves. Et c'est un service disponible dans le monde entier, pas seulement pour le marché italien.

Prenez, par exemple, le Néerlandais Brian Megens : peu de gens se rappellent quand il courait avec Rabobank, l'équipe cycliste des tulipes, il y a dix ans. Aujourd'hui, après avoir terminé sa carrière, il gère avec succès deux magasins « Fixed Gear Coffee » (https://fixedgearcoffee.com), où vous pouvez savourer un délicieux petits-déjeuners et en même temps profiter de tout type de service pour cycliste. Il a ouvert le premier magasin à un endroit stratégique, au pied du Cauberg, une zone très prisée par les deux-roues, et pas seulement lors de l'Amstel Gold Race. L'autre, au cœur de Maastricht. Comment donner une identité unitaire pour lier les deux magasins en une seule marque ?

« Simple : avec une tenue personnalisée », explique Megens. « Je connaissais Santini depuis que je courais avec les professionnels, et aussi après, quand j'ai commencé à participer aux Criteriums de pignon fixe, dans lesquels j'utilisais leurs vêtements. Quand j'ai décidé d'ouvrir Fixed Gear Coffee, je savais que je voulais travailler avec Santini. La qualité des tissus, le fait que les vêtements soient fabriqués à l’intérieur de l’entreprise, la cordialité du personnel...tout est bien ».

Brefs, Brian : il n'y a aucun doute sur la qualité, si même le Tour de France achète ses tenues officielles à Bergame. Concentrons-nous sur la personnalisation « Nous avons un slogan qui résume la philosophie des deux magasins : “Coffee before Cycling”. C'est la devise que nous reportons sur notre merchandising (tee-shirts, casquettes, pulls) et sur les vêtements techniques pour le cyclisme que nous avons commandés à Santini. J'ai passé ma première commande en 2019, une soixantaine de maillots : on les a vendus tous en un mois et demi ».

Avoir sa propre tenue de référence est certainement satisfaisant. Mais il y a un problème : sa réalisation n'est pas si évidente. Bien qu’une équipe amateurs sait imaginer un maillot avec ses propres couleurs et slogans ou logos d'entreprise, la mise en œuvre de cette fantaisie est une affaire des experts du secteur, des gens qui maîtrisent la chaîne et la trame, les découpes sur mesure, les coutures légères et les superpositions stratégiques. Sans parler des combinaisons de couleurs : ou tu es un créateur de mode qui sait lire les tendances et les couleurs, ou bien le risque d'un fatras de couleurs est réel. Tu sais la déception, ensuite ?

C’est pourquoi Santini fournit une plateforme (https://www.santinicycling.com/custom) qui guide l'utilisateur à chaque étape du processus. On commence par un look-book qui aide à trouver l'inspiration et présente un large éventail de propositions parmi lesquelles choisir ou - si on n'est pas encore convaincu - d’où on peut créer sa propre collection personnalisée. Une phase utile, mais pas indispensable si vous avez déjà votre propre idée à développer.

Grâce à un formulaire dédié, vous entrez en contact avec l'entreprise et, suite à votre demande, le personnel de Santini guide le client dans le choix des meilleures options et caractéristiques pour vos vêtements personnalisés, en tenant compte de vos besoins sportifs, de vos exigences et du budget disponible, afin de pouvoir établir un devis détaillé pour la fourniture. Nous sommes encore en phase de conception et pendant que l'imagination de toute une équipe s'envole entre l'ascension du Stelvio ou une course à grande vitesse à Sanremo, le département graphique de Santini travaille sur la tenue, en partant des couleurs choisies et des logos indiqués.

« Nous avons voulu deux kits personnalisés différents : l'un en bleu/azur et l'autre en violet/jaune, explique Megens, et pour le kit 2022, nous avons été guidés par Fergus Niland, qui a écouté notre histoire. C'est à ce moment-là que tu comprends ce que signifie avoir “ta” tenue ».

Fergus Niland, Irlandais, diplômé de l’École d`art de Dublin, est le point de force de la créativité chez Santini. Un designer à l'esprit international, pour brider les courants du monde avec la sensibilité de la manufacture italienne. « Avec Brian Megens, nous avons commencé par son slogan : “Coffee”, explique Niland. « Vous voyez un espresso qui vient d’être préparé ? Le tourbillon du café chaud, avec les microbulles plus légères sur le côté de la tasse ? Combien ces couleurs sont-elles séduisantes et riches ? » Pour le kit 2022, on a donc pensé à quelque chose de différent, quelque chose qui rappelle ces nuances, mais avec une palette de couleurs de terre plus atténuées. « Un peu pour distinguer la nouvelle fourniture de celle de 2021, qui était hyperkinétique, de mille miles par heure. Mais surtout, pour les cyclistes “Coffee before Cycling” c’est une allusion au côté gravel du cyclisme », poursuit Fergus, « nous avons donc assorti les nuances crème du maillot avec le cuissard vert militaire et un gilet en élégante couleur terre de Sienne brûlée.

De l'idée au dessin, du dessin à la production. On réalise un modèle en 3D qui pivote dans toutes les directions afin d'avoir une vue complète et réaliste de ce que le produit fini sera. Une étape qui permet de bien vérifier le dessin, les couleurs, le positionnement et les proportions des logos. Une fois que les éventuelles modifications ont été apportées, nous obtenons le modèle final, qui est ensuite appliqué à tous les articles de la tenue souhaités par le destinataire (maillots à manches courtes ou longues, gilets coupe-vent, vestes, shorts, cuissards, collants, combinaisons, accessoires, etc.) .

À ce moment, il suffit de confirmer pour lancer la production et recevoir, quelques mois plus tard, la fourniture requise. Le cyclisme te permet d'habiller les rêves : pour les cyclistes, le maillot enveloppe le cœur avant les muscles. Au-delà de la ligne d'arrivée, au-delà de la course, après les kilomètres, combien de souvenirs ils versent dans ce maillot en sueur. Gens bizarres, les cyclistes.

Alberto Zampetti
Alberto Zampetti est un journaliste italien convaincu que son métier est le plus beau du monde malgré la précarité sauvage et une vie aux arrêts éditoriaux « parce qu'en chaque personne que l'on rencontre, on trouve toujours une histoire à raconter ». En plus du journalisme, il adore (sans ordre particulier, mais avec une passion et une intensité égales): le lac Majeur, avec la forêt de Premeno; les aiguilles des Dolomites ; l'Italie de Coppi et de Bartali; ses souvenirs de la littérature grecque; les articles de Gianni Brera, Giorgio Torelli et Marco Pastonesi, qui lui ont permis d’apprendre le métier. Il définit les sept années passées à la rédaction avec Massimo De Luca comme «fantastiques». Il roule fièrement sur un vélo bleu, souvenir d'un passé compétitif d’il y a quelques kilos.
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre